MALADIES

 

Allergies alimentaires - Allergies médicamenteuses - Allergies aux hyménoptères - Maladie d'Alzheimer - Asthme - Autisme - Déficience auditive ou visuelle - Diabète - Don d'organes - Epilepsie - Hémophilie - Insuffisance surrénalienne - Lentilles de contact - Maladies cardiovasculaires - Maladies rares/orphelines - Pacemaker et défibrillateur implanté...

En collaboration avec les autorités médicales d'urgence, nous avons référencé (de manière non exhaustive) les principaux cas médicaux pour lesquels le port d'un bracelet ou d'un pendentif d'identification médicale ID-VIE est recommandée. Bien entendu, il s'agit d'une information qui, en aucun cas, ne doit se substituer à une consultation médicale. Votre médecin reste votre principal interlocuteur et le seul susceptible de délivrer et d'encadrer une prescription.

 

 ALLERGIES 

L'allergie est une réaction anormale, inadaptée, exagérée et excessive du système immunitaire de l'organisme, consécutive à un contact avec une substance étrangère (le plus souvent) à l'organisme (l'allergène), qu'on dit « antigène ». L'allergène est habituellement bien toléré par la majorité de la population. Toutefois, au contact de cet « antigène », il arrive que le système immunitaire d'un organisme déclenche une réaction inadaptée, excessive et pathologique : c'est l'allergie, appelée également hypersensibilité.

On distingue deux types d'allergies : l'allergie immédiate et l'allergie retardée.

-> L'allergie immédiate se développe s'il existe une prédisposition génétique. On parle alors de « terrain atopique ». L'allergie immédiate prend différentes formes, selon l'allergène responsable. 

Cet allergène peut être aérien (dans l'atmosphère), alimentaire, médicamenteux ou professionnel.

Les principaux allergènes :

- Alimentaires : Drupacées, Ombellifères, Œuf, Gluten, Crustacés, Poisson, Lait, Blé, Légumineuses, Banane, Avocat, Kiwi, Moules, Pommes de terre, Tournesol, Bœuf, Arachide, Mangue

- Médicaments : Sérums et vaccins, Contrastant radiologique injecté, Antibiotiques (pénicillines, céphalosporines), Aspirine, Procaïne.

- Venin d'hyménoptères : famille des Apidae (abeille, bourdon), famille des Vespidae (guêpe vespula, guêpe poliste, frelon).

- Pollens et graminées,acariens, moisissures, blattes, animaux…

La réaction allergique peut être :

- respiratoire (rhinite occasionnelle ou quotidienne, crise d'asthme) ;

- oculaire (conjonctivite) ;

- cutanée (poussées d'eczéma atopique ou d'urticaire) ;

- oedémateuse, correspondant à un gonflement le plus souvent localisé sur le visage (lèvres, paupières) et pouvant aussi toucher les muqueuses de la gorge (oedème de Quincke)... ;

- généralisée (choc anaphylactique comportant un risque vital majeur et nécessitant un traitement d'urgence par adrénaline).

-> L'allergie retardée peut toucher tout le monde, même en l'absence de terrain génétique favorisant l'allergie. Elle cible principalement la peau sur laquelle un eczéma de contact apparaît au contact de l'allergène responsable. 

L'eczéma de contact est une maladie inflammatoire cutanée. Il peut apparaître lorsque la peau entre en contact avec une substance étrangère (ou allergène), 

Dans notre environnement quotidien, les allergènes avec lesquels nous sommes en contact proviennent essentiellement de quatre sources :

1. Les produits vestimentaires : vêtements (teintures), chaussures (cuir, colle, caoutchouc...) et accessoires en nickel (bijoux fantaisie, boutons de pantalon, boucle de ceinture...).

2. Les cosmétiques : parfum, shampoing, déodorant, teinture capillaire, vernis à ongles...

3. Les médicaments à application cutanée (topiques) : antiseptiques, crèmes anti-inflammatoires...

4. Les allergènes professionnels.

Parmi ces allergènes, certains ne sont responsables d’eczéma qu’après une exposition aux rayons ultraviolets UV (lumière du soleil). On parle alors de photo allergènes. Certains médicaments ou cosmétiques peuvent notamment être à l’origine de ce type d’eczéma de contact.

Les symptômes apparaissent au minimum 48 heures après le contact avec l'allergène. Ils se traduisent par des rougeurs, des démangeaisons associées à une sécheresse cutanée et des petites cloques. Le traitement repose sur l'arrêt du contact avec l'allergène et sur l'application de dermocorticoïdes lors de la poussée. 

L'eczéma de contact est dû à la sensibilisation à un allergène ayant été en contact avec la peau et apparaît au niveau de la peau entrée en contact avec l'allergène (bracelet, bouton de pantalon, chaussures...). Les lésions peuvent ensuite s'étendre.

Il peut aussi être en lien avec des substances utilisées en milieu professionnel. L'eczéma professionnel est caractérisé par sa survenue lors du travail et sa disparition lors des congés. Il est souvent localisé au niveau des mains.

Les professions les plus souvent concernées sont les métiers du bâtiment (ciment, peinture, colles...), les coiffeurs (teintures, permanentes, gants, shampoings...), les professions de santé (antiseptiques, gants, résine composite...), les horticulteurs (chrysanthèmes, primevères, pesticides, gants...).

22 millions de Français sont allergiques. 4% des adultes et 8% des enfants ont des allergies alimentaires. 

Grâce au port d'un bracelet ou d'un pendentif d'identité médicale IDVIE, signaler une allergie en situation d'urgence permet aux secouristes de comprendre plus rapidement l'état dans lequel se trouve le patient. De même, cela permet d'éviter une intervention qui pourrait s'avérer dangereuse (en cas d'allergie à l'Iode ou au Latex, par exemple).

Sources : Prévention des Allergies (AFPRAL), Allergienet.com

 

 INTOLERANCE ALIMENTAIRE 

À la différence de l'allergie alimentaire, l'intolérance alimentaire implique le métabolisme, mais pas le système immunitaire.

Il s'agit d'une réaction négative, le plus souvent différée dans le temps, à un aliment, une boisson, ou un additif alimentaire. La différence par rapport à l'allergie alimentaire est l'absence d'IgE (Immunoglobuline E), une classe d'anticorps capables de déclencher des réactions rares mais sévères. L'intolérance alimentaire peut être liée à de nombreuses causes, dont:

- Intolérance au gluten

- Intolérance au lactose

- Intolérance au saccharose

- Malabsorption du fructose

Ce que les Bijoux d'Identité Médicale ID-VIE peuvent faire pour vous :

Une personne allergique, grâce à son bijou d'identité médicale, peut donc porter sur elle une indication de son allergie ou de son intolérance. Cette information peut s'avérer cruciale, notamment en cas de choc anaphylactique ou d'oedèmes de Quincke, comportant un risque vital majeur et nécessitant un traitement d'urgence par adrénaline. Des seringues d’adrénaline prêtes à l’emploi peuvent être préconisées pour les sujets très exposés à ce risque et conservée dans un sac à main, par exemple. Dans ce cas, il est important aussi de pouvoir le signaler rapidement à la personne qui porte secours, surtout si le sac n'est pas à portée de main lorsque les urgentistes arrivent.

De même,  lorsqu'un jeune enfant se socialise (cantine, colonie de vacances ou même goûter d'anniversaire),  il est primordial qu'il puisse porter sur lui un message alertant l'entourage de ses allergies. Même si les adultes autour de lui ont été prévenus (PAI, message des parents, certificat médical), il doit parfois faire face à un environnement qui le sensibilise :

- La vie en plein air s'accompagne d'inhalation de pollen, augmente le risque de piqûre d'insectes, favorisent les contacts avec les animaux auxquels l’enfant peut être sensible. 

- L’alimentation en dehors du domicile permet un moins bon contrôle des nutriments chez l’enfant présentant une allergie alimentaire : par exemple, un autre enfant pourrait par gentillesse, lui proposer un aliment à haut risque. 

Le bracelet ou le pendentif d'identification médicale IDVIE est donc rassurant pour la personne et ses proches et peut, dans tous ces cas, s'avérer un allié précieux pour informer les secours.

Sources : Prévention des Allergies (AFPRAL), Allergienet.com

 

 MALADIE D'ALZHEIMER

Aujourd’hui, la maladie d’Alzheimer est la plus fréquente des maladies neurodégénératives, touchant environ 26 millions de personnes dans le monde et       860 000 en France (l'équivalent de la population d'une ville comme Marseille !). En y ajoutant les personnes aidantes, on dénombre quelques 3 millions de Français directement ou indirectement concernés par la maladie d’Alzheimer. 

La maladie d’Alzheimer est une affection du cerveau dite « neuro-dégénérative », c’est-à-dire qu’elle  entraîne une disparition progressive des neurones.

Ces neurones, qui servent à programmer un certain nombre d'actions, entraînent, en en disparaissant, une altération des facultés cognitives : mémoire, langage, raisonnement, etc. L’extension des lésions cérébrales cause d’autres troubles qui réduisent progressivement l’autonomie de la personne.

On associe souvent la maladie d'Alzheimer à la perte de mémoire car ce sont effectivement les neurones localisés dans la région de l'hippocampe, siège de la mémoire, qui sont les premiers atteints. 
Malheureusement, petit à petit d'autres zones du cerveau sont touchées et mènent à la disparition progressive des capacités de reconnaissance des objets et des personnes, d'utilisation du langage, de raisonnement, de réflexion et d'orientation dans le temps et dans l'espace.

Ce que les Bijoux d'Identité Médicale ID-VIE peuvent faire pour vous :

Parce qu'elle perd progressivement ses repères, une personne atteinte de la maladie d'Alzheimer peut se retrouver en situation d'errance et de confusion, sans pouvoir expliquer qui elle est et où elle va. C'est la raison pour laquelle le port d'un bijou d'identité médicale IDVIE comportant son nom et le numéro d'un proche est particulièrement recommandé dès le diagnostic, a fortiori lorsque la personne réside ou se déplace encore seule. C'est une façon efficace de venir en aide aux personnes atteintes, tout en soulageant et rassurant leurs proches et leurs aidants.

Sources : Fondation pour la recherche sur Alzheimer (IFRAD)/Fondation Plan-Alzheimer/ France Alzheimer/Inserm (Institut national de la santé et de la recherche médicale)/Améli-santé

 

 ASTHME

Terme longtemps utilisé comme synonyme d'étouffement, l'asthme est, en fait d'une forme particulière de dyspnée correspondant à une difficulté à respirer et plus particulièrement à expirer (rejeter l'air contenu dans les poumons).

Classiquement, cette gêne respiratoire s'accompagne d'un sifflement qui témoigne d'une contraction brutale des muscles commandant l'ouverture et la fermeture des bronches (motricité). L’air est emprisonné dans la poitrine, le thorax est bloqué. À la broncho constriction (fermeture des bronches) s'associe un œdème (accumulation d'eau) au niveau des bronches et une hypersécrétion (sécrétion trop importante) des muqueuses respiratoires (couche de cellules recouvrant l'intérieur des voies respiratoires en contact avec l'air) et plus spécifiquement du pharynx, du larynx, de la trachée et des fosses nasales. 

La maladie se traduit donc chez l'asthmatique par des symptômes dont les plus typiques sont la toux, les sibilances (sifflements) récurrents (qui recommencent) et une sensation d'oppression thoracique également récurrente.

Les crises peuvent être de courte durée ou persister plusieurs jours. Dans ce cas il s’agit alors d’une "attaque d’asthme". Ces manifestations peuvent être liées à des facteurs déclenchants précis, ou apparaître sans raison évidente dans différentes situations :

- Contact avec un allergène : acariens, pollens, animaux…

- Inhalation de substances polluantes : fumées, gaz d’échappement, bombes aérosols, peintures ;

- Maladies virales: un simple rhume peut provoquer, après quelques jours d’évolution, l’apparition d’une crise ;

- Prise de certains médicaments : aspirine ou anti-inflammatoires non stéroïdiens, médicaments contre l’hypertension, certains collyres ; 

- Ingestion d’un aliment : une allergie alimentaire peut provoquer une véritable crise d’asthme ;

- Stress ;

- L'effort.

Ces différents facteurs interviennent en proportion variable d’un sujet à l’autre.

Il existe actuellement des médicaments efficaces qui permettent un contrôle total des signes de l’asthme. Un asthmatique doit pouvoir vivre normalement s’il est bien suivi et bien traité. 

On peut donc être asthmatique et en bonne santé, à condition que l’asthme soit stable et bien équilibré, ce qu’on obtient le plus souvent grâce aux traitements.  Attention tout de même à rester vigilant : certains asthmatiques « s’habituent » à leur asthme, ils ne s’en plaignent pas, mais les tests respiratoires montrent tout de même que les bronches sont enflammées. C’est pourquoi même quand tout va bien, il est utile de faire un contrôle de temps en temps chez son pneumologue ou son allergologue.

L’asthme provoque encore 1 000 décès par an chez les moins de 65 ans.

Ce que les Bijoux d'Identité Médicale ID-VIE peuvent faire pour vous :

 

Sources : Association Asthme et Allergies/ Institut de la Santé et de la Recherche Médicale (INSERM)/ Amelie-sante /Association Française pour la Prévention des Allergies (AFPRAL), Allergienet.com

 

 AUTISME

Selon l'Organisation Mondiale de la Santé, « L'autisme est un trouble envahissant du développement (TED), caractérisé par un développement anormal ou déficient, manifesté avant l'âge de trois ans avec une perturbation caractéristique du fonctionnement dans chacun des trois domaines suivants : interactions sociales réciproques, communication,comportements au caractère restreint et répétitif ».

Les personnes souffrant d’autisme semble souvent isolées dans une sorte de monde intérieur. Ces troubles apparaissent précocement et mettent en échec les réponses éducatives habituelles. Ils peuvent être alourdis par une déficience intellectuelle (très fréquente et elle-même d'importance variable) par l'épilepsie ou par des déficiences motrices ou sensorielles.

L'autisme affecte l'ensemble du fonctionnement du cerveau. La personne sujette à l'autisme rencontre de grandes difficultés pour communiquer, se représenter les choses et les situations, traiter les informations sensorielles,  interagir avec les autres, accepter le changement. A l'aide d'apprentissages adaptés et avec accompagnement, une personne autiste peut trouver une place "apaisée" au contact des autres. Le label «Grande Cause nationale » a été attribué à l'autisme en 2012.

Ce que les Bijoux d'Identité Médicale ID-VIE peuvent faire pour vous :

Une personne atteinte d'autisme est une personne vulnérable qui a de grande difficultés à communiquer.

Afin de la protéger et la rassurer, le port d'un bijou d'identité médicale IDVIE qui l'accompagnera au quotidien peut être une aide précieuse pour elle.  En  cas de confusion ou d'errance, il indiquera son prénom, par exemple, ce qui permettra de créer le lien, ainsi qu'un numéro de téléphone à composer pour joindre un proche en cas de besoin.

Sources : Autisme France/Haute Autorité de la Santé (HAS)/Fédération française Sésame-Autisme/Vaincre l'Autisme/ Organisation Mondiale de la Santé (OMS)

 

 DEFICIENCE AUDITIVE, SURDITE

Selon l'OMS, "on parle de perte d'audition lorsqu'une personne n'est pas capable d'entendre aussi bien qu'une personne ayant une audition normale,le seuil étant de 25 dB ou mieux dans les 2 oreilles. Les personnes malentendantes sont atteintes  d'une perte d'audition moyenne à sévère.  Les personnes sourdes souffrent généralement d'une perte d'audition profonde, ce qui signifie qu'elles n'entendent plus ou pratiquement plus. Elles communiquent généralement par la langue des signes. 

Ce que les Bijoux d'Identité Médicale ID-VIE peuvent faire pour vous :

En cas d'urgence, lorsqu'un patient est atteint de surdité ou de problèmes auditifs et que la communication nécessite un moyen de communication spécifique (écriture ou langage des signes, par exemple), le port d'un pendentif ou d'un bracelet d'identification médicale IDVIE peut être extrêmement utile. Cela lui permet, lorsqu'il n'est pas en mesure de le faire, de transmettre aux secours des informations essentielles (implant cochléaire, port d'une prothèse auditive, numéro de téléphone d'un contact, traitement, allergies éventuelles…). Cela rassure le porteur du bijou et évite que les secouristes ne soient pris au dépourvu.

Sources : Organisation Mondiale de la Santé/ Fédération Nationale pour l'Insertion des personnes Sourdes et des personnes Aveugles en France / INPES

 

 DEFICIENCE VISUELLE

L'œil est un des organes clef de la communication et de la relation avec le monde extérieur. Plus de 80 % des informations extérieures nous parviennent par les yeux. 

Les pathologies de l'œil sont très fréquentes et sont présentes à tout âge. Certaines maladies sont par contre l'apanage des sujets âgés et leur fréquence augmente avec l'âge. C'est le cas notamment de la cataracte, du glaucome chronique, de la DMLA (dégénérescence maculaire liée à l'âge), et des rétinopathies chroniques.

- Cataracte : C'est une affection de l'œil aboutissant à l'opacité partielle ou totale du cristallin. Cette opacification peut être congénitale, traumatique, toxique (UV, radiations ionisantes …), diabétique ou liée à l'âge.

- Glaucome : Il s'agit d'une anomalie avec augmentation de la pression oculaire évoluant le plus souvent de façon insidieuse et indolore. Non traitée, elle ampute une perte progressive du champ visuel après destruction lente du nerf optique pouvant aboutir à la perte totale de la vue.

- Dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA) : Il s'agit d'une perte de la vision centrale par détérioration de la macula (petite zone située au centre de la rétine, responsable de l'acuité visuelle). Elle entraîne progressivement une perte de la lecture, de la reconnaissance des visages, etc.

- Maladie de Stargardt : Cette pathologie associe une baisse d'acuité visuelle bilatérale à des lésions rétiniennes particulières. Il s'agit de la plus fréquente des dystrophies maculaires héréditaires. Cette vision va diminuer progressivement jusqu'à 1/10ème ou 1/20ème. La maladie atteint la vision centrale ce qui gêne fortement la lecture (vision de précision) , en revanche les patients peuvent se déplacer à pied normalement ou même faire du vélo.

- Rétinopathie chronique : Altération progressive de la rétine aboutissant à la perte de la vision. Elle peut être familiale, héréditaire et bilatérale, ou consécutive à un diabète, une hypertension artérielle ou une intoxication médicamenteuse. 

- Neuropathie optique aiguë : maladie du nerf optique d'origine vasculaire, inflammatoire (maladie de Horton …), traumatique, immunitaire (sclérose en plaque …) ou toxique (alcool, tabac …). 

- Glaucome aigu : Maladie qui se caractérise par une augmentation trop élevée de la pression du globe oculaire qui entraîne la destruction progressive du nerf optique, et exigeant une prise en charge ophtalmologique (traitement médicamenteux ou chirurgical). Il touche essentiellement les plus de 40 ans. 

Ce que les Bijoux d'Identité Médicale ID-VIE peuvent faire pour vous :
Lorsqu'une personne est sujette à des troubles de la vision, cela  augmente les risques d’accidents dans l’espace public (l’accroissement du nombre de voitures électriques, particulièrement silencieuses est un fait à prendre en compte, par exemple). Si la personne est, en plus, sujette à une pathologie particulière, il est d’autant plus important que celle-ci puisse être signalée rapidement en cas d’urgence médicale, car elle risque de ne pas réagir à certains stimuli.  Le port d'un bijou d'identité médicale permet, dans ce cas, de rassurer la personne et peut, en cas de besoin, éviter bien des complications.

Sources : Ophtalmologistes de France, www.snof.org. Association de la DMLA, www.association-dmla.com/Association Retina France/ Association nationale pour l’amélioration de la vue (ASNAV), www.asnav.org.

 

 DIABÈTE

Le diabète est un trouble de l’assimilation, de l’utilisation et du stockage des sucres apportés par l’alimentation. Cela se traduit par un taux de glucose dans le
sang (encore appelé glycémie) élevé : on parle d’hyperglycémie.
Les aliments sont composés de lipides (graisses), protides (comme la viande) et glucides (sucres, féculents). Ce sont eux qui fournissent l’essentiel de l’énergie dont a besoin le corps pour fonctionner, passent dans l’intestin, puis rejoignent la circulation sanguine. 
Quand on mange, le taux de sucre dans le sang augmente, les glucides sont alors transformés essentiellement en glucose. Le pancréas détecte l’augmentation de la glycémie et secrète de l’insuline, qui permet au glucose de pénétrer dans les cellules de l’organisme : muscles, tissus adipeux, et le foie où il va pouvoir être transformé et stocké.
Ainsi la glycémie peut augmenter légèrement, puis revenir à un taux normal et le glucose être converti en réserves et en énergie. Chez les personnes atteintes de diabète, ce système ne fonctionne pas.

Il existe plusieurs types de diabète :
- Le diabète de type 1 : un diabète de type sucré, dont la forme la plus fréquente est la conséquence d'une maladie auto-immune. Il est le plus souvent un diabète insulinodépendant. C'est la cause la plus fréquente de diabète chez l'enfant, mais il peut survenir à tous les âges.
- Le diabète de type 2 : le diabète de la maturité, observé le plus souvent chez des individus en surpoids ou obèses, qui ont des antécédents familiaux de diabète de type 2. Chez la femme, cela a parfois été précédé de diabète gestationnel (diabète transitoire pendant les grossesses), ou plus souvent de gros bébés. Le diabète de type 2 est le plus souvent non-insulino dépendant, mais de l'insuline peut être nécessaire pour le contrôle des glycémies. Le diabète de type 2 s'associe souvent à d'autres facteurs de risque cardiovasculaire, comme l'hypertension artérielle, la répartition androïde des graisses, l'hypertriglycéridémie et la baisse du taux du cholestérol-HDL, le syndrome métabolique aussi appelé syndrome dysmétabolique. Cette forme de diabète représente près de 80% des cas de diabète. 
- Le diabète gestationnel est un diabète qui apparaît pour la première fois chez certaines femmes au cours de la grossesse. Il est caractérisé par une intolérance au glucose due à la production d'hormones placentaires, provoquant une hyperglycémie qui entraîne une insulinorésistance. Le diabète gestationnel peut être isolé (il ne survient que pendant les grossesses) ; plus fréquemment, il annonce la possibilité d'un diabète de type 2 ou peut être la première manifestation d'un diabète de type 1.
 
En France : Aujourd'hui, 2,9 millions de patients prennent un traitement insuline et l'Organisation Mondiale de la Santé estime à plus de 5 millions le nombre de diabétiques d'ici 2022.

Le diabète est une maladie chronique qui demande une prise en charge adaptée tout au long de la vie. 
Parmi les causes du diabète, il y a toujours les facteurs de prédisposition (gènes, antécédents familiaux, etc.). Mais ce sont surtout des facteurs sociaux et environnementaux (liés à nos modes de vie) qui expliquent cet accroissement constant : surpoids, obésité, mauvaise alimentation, manque d'activité physique, sédentarité constituent les principales causes du diabète en France.
Lorsqu'une personne est touchée par le diabète,  elle doit  adapter certaines choses de son quotidien,  qui vont lui permettre de vivre mieux. Le diabète n'empêche pas de continuer à pratiquer ses activité préférées, y compris le sport. Au contraire, l’activité physique est une bonne façon d’abaisser sa glycémie, de réguler son poids et d’améliorer ses capacités cardiorespiratoires. Certaines activités ne présentent, généralement, pas de contre-indication : marche, jogging, golf, bicyclette, équitation et natation. En revanche, les activités solitaires doivent être encadrées : plongée sous-marine, parachutisme, parapente, sport automobile, alpinisme, voile en solitaire ou cyclisme de compétition. Et certains sports, qui demandent des accélérations brutales, peuvent être pratiqués avec un aménagement de votre traitement : sports d’équipe, squash, tennis, athlétisme ou ski alpin.

Ce que les Bijoux d'Identité Médicale ID-VIE peuvent faire pour vous :
Une personne atteinte de diabète doit adopter certains réflexes afin de se prémunir face aux crises. Elle doit toujours avoir avec elle de quoi contrôler sa glycémie, de quoi réajuster sa dose de sucre (biscuits, morceaux de sucres, soda…). L'activité physique est encouragée, et il est donc important qu'une personne diabétique puisse être rapidement identifiée en cas de crise sévère. Le port d'un bracelet ou d'un pendentif d'identification médicale IDVIE, est un excellent moyen d' indiquer à l'entourage et aux personnels d'urgence la nature de son diabète et orientera très rapidement les secours.

Sources :  Fédération Française des Diabétiques /Changing Diabete - Diabète.fr / Ameli-Santé / Inserm


 DON D'ORGANES

Plus de 16 000 personnes ont eu besoin d'une greffe en 2012 et ce chiffre est en constante augmentation. L'activité de greffe a progressé en 2012 et dépasse le seuil des 5.000.  
Après le rein, les organes les plus implantés sont le foie, le cœur, les poumons et le pancréas. 
En France, le don d'organe post-mortem repose sur le "consentement présumé" : chaque Français est considéré comme un donneur d'organes potentiel, sauf s'il s'y est opposé de son vivant. 
Conformément à la loi de bioéthique, si la personne n'était pas inscrite sur le registre national des refus ou n'avait pas fait part à ses proches de son opposition au don d'organes, alors le prélèvement est possible. 
En pratique, lorsqu'un prélèvement d'organe est envisagé, l'équipe médicale essaie toujours d'avoir directement connaissance de la volonté du défunt. 
Pour qu'elle soit respectée, il lui est recommandé de faire connaître ses intentions par tout moyen. Lorsque les proches connaissent la volonté du défunt, la décision est plus facile, naturellement. 

Ce que les Bijoux d'Identité Médicale ID-VIE peuvent faire pour vous :
Le prélèvement d'organes n'est possible qu'en cas de décès brutal, dans un timing compté à la minute près. Les proches qui viennent d'apprendre le décès d'un parent ou d'un conjoint, sont donc, en plus de cela, sollicités pour témoigner en urgence de sa décision sur le don d'organes. 
Si le défunt n'a laissé aucun témoignage de sa position à ce sujet, les proches doivent prendre la décision à sa place. 
Informer de sa position en la gravant sur un bijou d'identité médicale, par exemple lorsque l'on pratique un sport extrême, non exempt de risques, peut  donc éviter à ses proches une douloureuse épreuve supplémentaire.

Sources : Agence de la Biomédecine / France ADOT Fédération des associations pour le Don d'organes et de tissus humains / Fondation Greffe de Vie


 EPILEPSIE

L'épilepsie est l'affection neurologique la plus fréquente après la migraine. 
Elle concerne, en France près de 450 000 personnes, dont environ la moitié sont des jeunes de moins de 20 ans.
Chaque année, en France, on recense près de 40 000 nouveaux cas, soit près de 110 par jour.

C'est une maladie complexe : Il n'existe pas "une" mais "des" épilepsies. "L'épilepsie recouvre un ensemble de maladies se manifestant par des crises épileptiques. C'est l'ensemble des affections du cerveau, quelle qu'en soit la cause, connue ou non, au cours desquelles des crises épileptiques se répètent de façon chronique" (Association Epilepsie-France).
Cette diversité est liée aux causes ou origines des troubles, à la localisation cérébrale des dysfonctionnements, mais également à une plus ou moins grande résistance aux traitements, à la diversité des crises induites, leur rythme, le handicap généré, leurs conséquences sociales, leur évolution et leur prise en charge.
Ces dysfonctionnements de l'activité du cerveau se traduisent par des surcharges électriques. Celles-ci altèrent le comportement des neurones par la propagation d'une onde électrique à travers tout ou partie du cortex cérébral : c'est la crise d'épilepsie. Elle peut se manifester par des convulsions ou une perte de conscience, voire par des difficultés à parler, voir ou entendre. On a coutume de comparer ces crises à des "courts-circuits"
La plupart des personnes atteintes d'épilepsie sentent un signal avertisseur (aura) avant les crises. Il s'agit généralement d'une odeur, d'une sensation ou d'un effet visuel. 
A la suite d'une crise, les personnes épileptiques sont souvent désorientées et ressentent une fatigue intense, ainsi que des douleurs musculaires. Parfois, il arrive qu'elles ne se souviennent pas de ce qui est arrivé. 

Une crise isolée ne signifie pas nécessairement l'épilepsie. En revanche, le caractère répétitif de ces crises, de nature , d'intensité et de fréquence variables, de plusieurs par jour à quelques-unes par an,  traduit le syndrome épileptique. 

Une fois sur deux, l'épilepsie débute dès l'enfance. Les causes en sont multiples et encore mal comprises. On sait que la fatigue, le stress physiques et/ou psychiques, les excitants (alcool, tabac, café, thé), certains bruits permanents ou anormaux, certains éclairages ou le jeûne peuvent favoriser l'apparition d'une crise épileptique.

Ce que les Bijoux d'Identité Médicale ID-VIE peuvent faire pour vous :
Pour qui n'est pas averti lorsqu'un de ses proches ou un inconnu dans la rue est victime d'une crise, ce type de manifestation est déconcertant et très impressionnant. 
Porter un bijou d'identité médicale aide les personnes présentes à ne pas perdre leur sang-froid, à avertir les secours de façon constructive. Cela permet donc au personnel d'urgence d'intervenir plus efficacement. 

Sources : Ligue Française contre l'épilepsie/Comité national pour l'épilepsie/ Ameli-sante /Fondation Française pour la recherche sur l'épilepsie


 HEMOPHILIE

L’hémophilie correspond à l’impossibilité pour le sang de coaguler : en cas de saignement, l’écoulement ne peut pas s’arrêter ou très difficilement. 
Les conséquences sont majeures, avec des risques d'hémorragies sévères en cas de blessure et parfois des saignements spontanés, notamment au niveau des articulations (hémarthroses) et des muscles (hématomes).

L’hémophilie est une maladie génétique héréditaire, qui se transmet par le chromosome X, où se situent les gènes incriminés. N’ayant qu’un exemplaire de ce chromosome, les garçons sont systématiquement malades dès lors qu’ils héritent d’un gène muté. A l’inverse, les filles possédant deux chromosomes X, elles ne sont malades que si elles héritent de deux chromosomes X portant chacun un gène muté. Cette situation est rarissime. 

Il existe deux types d’hémophilie prédominants : 
- L’hémophilie A est la plus fréquente (un garçon touché sur 5 000 naissances). Elle se caractérise par un déficit du facteur de coagulation VIII. 
- L’hémophilie B, cinq fois plus rare (un garçon sur 25 000 naissances), est liée quant à elle à un déficit du facteur de coagulation IX.

Pour mieux vivre avec la maladie, certaines précautions sont nécessaires  :
Ainsi, il est convient d’utiliser avec parcimonie l’aspirine et certains médicaments (sur conseil de son médecin) et de bannir les sports à risque comme la boxe, le parachutisme, les arts martiaux, le rugby...
Un traitement préventif est indiqué en cas d’hémophilie sévère ou modérée. Il consiste en 2 ou 3 injections de facteur de coagulation par semaine, pour permettre une coagulation quasi-normale en cas de saignement. 
Sans traitement prophylactique et en cas d’accident, un patient hémophile doit s’injecter le plus rapidement possible une dose de facteur de coagulation.
Le suivi de la maladie a lieu dans un centre de traitement de l’hémophilie (CTH). qui délivre au patient une carte d’hémophile qui permet à tout professionnel de santé de connaître le statut du malade et ses traitements en cas d’urgence. 

Ce que les Bijoux d'Identité Médicale ID-VIE peuvent faire pour vous :
Même lorsque le patient est précautionneux, il se peut que sa carte d'hémophile soit dans un sac ou une veste, qu’il n’a pas sur lui précisément quand survient un accident (à la piscine, par exemple).
C'est pourquoi un bijou d'identité médicale trouve tout son sens pour informer au plus vite le personnel soignant son l'hémophilie, même si l’on suit un traitement prophylactique. 
Un bracelet ou un pendentif  d'identité médicale ne vous quitte pas, puisque attaché à votre poignet ou glissé à votre cou. Il présente l'avantage d’être immédiatement reconnaissable par les urgentistes et les médecins de premier secours.
C'est une bonne idée pour alerter le personnel médical en cas d'urgence. Sinon, comment savoir qu'une personne blessée est hémophile, si elle n'est pas en mesure de communiquer ?

Sources : Institut National de la Santé et de la Recherche Médicale (Inserm)/Association Française des hémophiles


 INSUFFISANCE SURRÉNALE

L'insuffisance surrénale est le déficit, voire l’arrêt (plus rare), de sécrétion des hormones produites habituellement par les glandes surrénales : les hormones corticosurrénales et plus particulièrement le cortisol. 
La principale complication de cette maladie est l'insuffisance surrénale aiguë qui peut, en l'absence de prise en charge, menacer le pronostic vital.
La prise en charge de la maladie repose sur l'administration d'un traitement hormonal de substitution, le plus souvent à vie. Celui-ci doit être adapté selon le type de la pathologie, de l'âge, et en cas de facteur de stress : traumatisme, accident, intervention chirurgicale, notamment.
Le pronostique vital pouvant être en jeu, le traitement est administré dès la suspicion du diagnostic.

Ce que les Bijoux d'Identité Médicale ID-VIE peuvent faire pour vous :
Il est important de toujours signaler la maladie à ses proches à titre préventif et en cas d'intervention chirurgicale ou d'urgence médicale (anesthésistes, chirurgiens, urgentistes, infirmiers). Le port d'un bracelet ou d'un pendentif d'identité médicale est un excellent moyen d'indiquer votre pathologie et votre traitement aux secours, si vous n'êtes pas en mesure de le faire vous-même (en cas d'inconscience, par exemple) . Il est d'autant plus sûr qu'un bijou est porté directement sur soi. Pas besoin de le chercher dans un sac ou une poche.

Sources : Ministère des affaires sociales et de la santé (santé-gouv)/ Association Surrénales/Orphanet urgences

 

 LENTILLES DE CONTACT

En cas d'accident, les secours doivent savoir que vous portez des lentilles afin de pouvoir vous les retirer.
En effet, si la lentille se déplace, cela peut créer une vraie gène pour le porteur, mais surtout, si le patient est en contact avec un agent chimique corrosif, le produit toxique peut se retrouver piégé entre la lentille et la cornée et causer de graves dommages. 

Ce que les Bijoux d'Identité Médicale ID-VIE peuvent faire pour vous :
Indiquer clairement sur votre bijou que vous portez des lentilles de contact peut faire gagner un temps précieux aux secouristes qui sauront vous les retirer avec toutes les précautions d'hygiène nécessaires. Cette mesure de prévention est d'autant plus conseillée lorsque vous travaillez dans un milieu "à risque" lié à manipulation de produits dangereux ou corrosifs, de l'industrie chimique à la coiffure (coloration capillaire), par exemple.

 

 MALADIES CARDIO-VASCULAIRES

Les maladies cardio-vasculaires (cœur et circulation sanguine) sont favorisées par un certain nombre de facteurs de risque. Hormis l'hérédité, le sexe et l'âge, les principaux sont :
- le tabagisme : entre 30 et 70 ans, 4 décès cardiovasculaires sur 10 sont dus au tabagisme.
- l'hypertension artérielle (HTA), c'est à dire une élévation permanente de la tension artérielle.
- le diabète, qui se définit par un excès de sucre dans le sang.
- l'excès de cholestérol (ou hypercholestérolémie) : l'excédent graisseux se dépose sur la paroi des artères, entraînant leur rétrécissement et peut provoquer l'infarctus du myocarde. Ce facteur de risque ne rend pas malade en apparence, mais lorsque l'accident survient, il est souvent trop tard.
Une élévation du taux des graisses du LDL-cholestérol dans le sang représente un facteur de risque déterminant. Un HDL-cholestérol bas est également un facteur de risque,
- l'excès de poids ou l'obésité. 
- La sédentarité : c'est aussi l'un des ennemis de nos artères en contribuant à la survenue ou à l'aggravation de plusieurs facteurs de risque (hypertension artérielle, diabète, surpoids, hypercholestérolémie...).

Les facteurs de risque ne s'additionnent pas, ils se potentialisent, c'est-à-dire qu'ils s'aggravent l'un l'autre. Ainsi, l'association de plusieurs facteurs de risque, même de faible intensité, peut entraîner un risque très élevé d'être atteint d'une maladie cardiovasculaire. 
Par exemple, si l'on a une tension artérielle modérée, une petite intolérance au sucre, un cholestérol moyennement élevé et que l'on est un petit fumeur, on est beaucoup plus « à risque » que celui qui aura un cholestérol très élevé isolément. 

Selon la Fédération Française de Cardiologie, en cas d'urgence cardio-vasculaire, "la toute première chose à faire est de prévenir les secours en appelant le 15,  mais cela ne suffit pas. Chaque minute qui passe avant leur arrivée, c'est 10 % de chances de survie en moins, sauf si un témoin sait pratiquer « les gestes qui sauvent ». Ce sont des gestes simples qui ne nécessitent que quelques heures de formation". C'est pourquoi la Fédération Française de Cardiologie, la Croix Rouge et les associations sensibilisent régulièrement les Français à accomplir l'acte citoyen de se former. "si tous les français connaissaient les gestes qui sauvent, 20 à 25% des victimes d'arrêt cardiaque pourraient être sauvées".

Liste des principales maladies cardio-vasculaires :
- Maladies des coronaires : Angor (ou angine de poitrine), Infarctus du myocarde.
- Maladies du muscle cardiaque : Cardiomyopathie, Insuffisance cardiaque.
- Maladies des valves cardiaques : Endocardite, Valvulopathies cardiaques.
- Maladie du péricarde : Péricardite.
- Maladies du rythme ou de la conduction cardiaque (rythmologie) : Syncope
d'origine cardiovasculaire, Troubles de la conduction cardiaque, Troubles du
rythme cardiaque.
- Maladies des vaisseaux : Anévrisme, Artériopathie oblitérante des membres
inférieurs, Dissection aortique aiguë, Hypertension artérielle pulmonaire, Maladie
thrombo-embolique.
- Autres : Arrêt cardio-circulatoire, Cardiopathie congénitale, Hypertension artérielle,
Hypotension artérielle, Tumeurs du cœur (Myxomes cardiaques), Syndrome
d'Adams Stokes.

Ce que les Bijoux d'Identité Médicale ID-VIE peuvent faire pour vous :
Si vous faites partie ou si vous connaissez des personnes identifiées "à risque" ou ayant déjà eu des antécédents cardio-vasculaires, le port d'un bijou d'identité médicale peut sauver une vie.
Un pendentif ou un bracelet gravé avec les informations d'urgence (pathologie, traitement, n° du médecin), peut permettre aux secouristes d'être rapidement mis au courant de la situation et leur faire gagner un temps précieux, lorsque chaque minute est vitale !
Faire cadeau, s'offrir ou  parler des bijoux d'Identité Médicale à son entourage "à risque", c'est faire preuve de bienveillance. C'est aussi un geste citoyen !

Sources : Fédération française de cardiologie (FFC)/Fondation Recherche cardio-vasculaire/Santé.gouv (Ministère des affaires sociales et de la santé)/ameli-sante/Organisation Mondiale de la Santé/ Le Monde.fr avec AFP | 26.10.2013 - "les maladies cardiovasculaires sont en nette augmentation" 

 

 MALADIES RARES ET ORPHELINES

Une maladie rare est une affection touchant moins d’une personne sur 2000 selon le seuil admis en Europe ; en France, on dit qu’une maladie est rare si moins de 30 000 personnes en sont atteintes. Un grand nombre de ces pathologies sont aussi dites « orphelines » parce que les populations concernées ne bénéficient pas de réponse thérapeutique. On dénombre en tout plusieurs milliers de maladies rares. Entre 200 et 300 nouvelles maladies rares sont décrites chaque année. Elles ont une origine génétique dans 80% des cas. 
En dépit d’une grande hétérogénéité, les maladies rares présentent des caractéristiques communes. Très souvent graves, chroniques et évolutives, elles peuvent mettre en jeu le pronostic vital. L’atteinte des fonctions implique souvent une perte d’autonomie et des invalidités qui peuvent altérer la qualité de vie et donc être à l’origine de handicap


Ce que les Bijoux d'Identité Médicale ID-VIE peuvent faire pour vous :

Une maladie rare, mal connue,  peut générer un risque de méprise en cas d'urgence. Il est donc indispensable, dans ce cas, d'en informer le personnel urgentiste et médical dès son arrivée, afin que les décisions médicales soient prises en toute connaissance de cause. Un Bracelet ou un Pendentif d'Identité Médicale, qui peut "parler" à votre place si vous n''êtes pas en mesure de le faire (inconscience, confusion…), peut donc s'avérer crucial et permettre de gagner un temps plus que précieux en cas d'urgence.

 

Sources : INSERM / Maladies rares info Services / Fondation Maladies Rares /Direction générale de la santé  - Bureau des maladies chroniques, enfant et vieillissement (SD5D)

 

 PACEMAKER et DEFIBRILLATEUR IMPLANTÉ

Le pacemaker est indiqué pour les patients qui présentent des symptômes (syncopes, vertiges, fatigue, intolérance à l'effort, etc.) et des anomalies électrocardiographiques telles qu'une maladie du noeud sinusal ou un trouble de conduction significative.

Chaque année, 60 à 70.000 pacemakers - ou stimulateurs cardiaques- , sont posés en France, soit près de 178 chaque jour.

Un défibrillateur peut être implanté en prévention secondaire chez des patients qui ont présenté une tachycardie ventriculaire ou une fibrillation ventriculaire.

Chez certains patients souffrant de maladies cardiaques congénitales ou acquises, une implantation peut être nécessaire en prévention primaire pour les protéger de trouble du rythme ventriculaire potentiellement dangereux.

Plus de 10 000 personnes étaient porteuses en 2008 d'un défibrillateur et 3 000 appareils sont greffés chaque année.

Vivre au quotidien avec un pacemaker ou un défibrillateur nécessite de prendre quelques précautions, en particulier par rapport aux interférences électromagnétiques.

- La carte d'identité de l'appareil doit toujours accompagner votre carte d'identité personnelle car elle permet d'identifier votre pacemaker ou défibrillateur si un autre cardiologue doit un jour le contrôler.

- Vous pouvez voyager avec votre appareil ! Cependant, dans un aéroport, il sera important de présenter votre carte de porteur d'un stimulateur cardiaque. Vous ne pouvez pas passer les portiques de sécurité. Le passage vous sera épargné afin que ce champ magnétique ne dérègle pas les paramètres de votre pacemaker. C'est pour cette raison qu'il ne faudra pas approcher un aimant près de votre pacemaker.

- De même, la réalisation d'une radio ou d'un scanner ne pose pas de problème, mais celle d'une IRM –RMN (résonance magnétique nucléaire) est formellement contre-indiquée, la radiothérapie également. Des précautions sont également indispensables dans le domaine médical: il faut prévenir l'anesthésiste et le chirurgien  en cas d'utilisation d'un bistouri électrique, ce qui peut déprogrammer le stimulateur.

Le choc électrique du défibrillateur est également à risque.

- Au quotidien, il est conseillé d'éviter la proximité des plaques de chauffage à induction à moins de 50 cm d'un stimulateur car il y a un risque d'inhibition du stimulateur, ou la pratique de la soudure à l'arc.

- Il est préférable de tenir son téléphone portable à distance du pacemaker. Utiliser l'oreille opposée par rapport au stimulateur et ne surtout pas placer le téléphone près du stimulateur (dans la poche de la chemise par exemple).

- Il est également conseillé de ne pas s'exposer trop au soleil, car les risques de brûlures sont augmentés par la présence d'une masse métallique pouvant stocker la chaleur sous la peau.

- Tous les sports violents ou à risque élevé de chutes sont contre-indiqués, de même que les sports « dangereux » comme la plongée sous-marine ou l’escalade. Seule la plongée ne nécessitant pas de palier de décompression peut être autorisée.

Les boîtiers sont extrêmement résistants. En revanche, les sondes sont plus fragiles, en particulier dans leur trajet interne. Ainsi, certains gestes peuvent être dangereux, comme le swing au golf, le smash au volley, le service au tennis, le dos crawlé ou la nage papillon.

Les boîtiers sont implantés en sus-pectoral gauche pour les patients droitiers, afin de minimiser les traumatismes répétés sur les sondes par le bras dominant, en particulier lors de l’exercice de la chasse et du tir.

Ce que les Bijoux d'Identité Médicale ID-VIE peuvent faire pour vous :

Le port quotidien d'un bracelet ou d'un pendentif d'identification médicale permettra, en cas d'urgence, d'informer les personnes qui vous apporteront leur aide et le personnel urgentiste de vos antécédents. En effet, en cas d'urgence vitale, chaque minute compte&

Développé Par OpenCart
Propulsé Par OpenCart France
ID-VIE, bijoux d'identité médicale © 2017